• Un film : 'Quels enfants laisserons-nous à la planète ?' d'Anne Barth, et au livre 'A l'école du Colibri' d'Isabelle Peloux .    

  • Cher monsieur,
          J'ai pris connaissance avec beaucoup d''intérêt et de respect du document que vous m’avez adressé, et je ne vois pas de correction à vous suggérer,  d'autant plus qu'il y est fait abondamment référence aux activités scolaires,, votre domaine.
         Toutefois, je suis en mesure de vous apporter quelques compléments sur le thème des rites, en plus de la citation qui figure à la fin de votre texte. Ces compléments porteront sur quatre thèmes : le triangle des rites, des mythes et des tribus; les rites et la raison  ; les rites et l'activité économique. ; les rites et les religions.
          Rites, mythes, tribus : le sociologue Émile Durkheim professe que toute religion repose sur trois pieds : des idées, des gestes et une communauté humaine.Chacun de ces piliers protège les deux autres. J'ai généralisé cette théorie à l’ensemble des activités collectives, comme je l'explique dans le premier texte joint "Rites, mythes, tribus", à paraître dans un recueil à la mémoire du sociologue François Rousseau.
         Les rites et la raison:  la prolifération vertigineuse des réseau sociaux m'a inspiré un petit essai que je vous joins ("Un bilan des Lumières"), dans lequel je développe l'idée que les connexions créent des liens logiques, produits de la raison,  mais très peu de relations affectives. C'est l'une des fonctions des rites.
        Les rites et l'activité économique. Je développe l'idée que là où il semblerait que la raison régne sans partage, à savoir les usines et les marchés, les rites jouent un rôle décisif. Cf.: "La gestion et les rites", consultable sur mon site riveline.net
        Les rites et les religions : je vous recommande, sur ce dernier thème immense, l'admirable essai de Charles Péguy : " L'argent", dans lequel il procédé à une comparaison méthodique entre le curé et l'instituteur du village de son enfance.

       Je me tiens à votre disposition pour poursuivre ce dialogue, et vous adresse mes cordiales pensées.
     
         Claude Riveline

    RITES, MYTHES, TRIBUS.


  • De ce dossier je tire, à titre personnel, quatre « chocs » pédagogiques : 

    1- Est-ce l’inspection qui est infantilisante ou est-ce au contraire la part de l’enseignant dans sa perception , son ressenti, ses fantasmes qui est infantile ?
    2- La proposition de préparation à l’inspection de l’IEN de Versailles qui me parait d’une rare pertinence ;
    3- Le témoignage d’un adepte de la pédagogie explicite qui dépasse ses préjugés pour oser ;
    4- La pratique de Philippe Quentin qui associe les enseignants à la construction de leur évaluation.

    Jacques Fraschini, adjoint école élémentaire, auteur de ce blog

     

    Le retour de Philippe Quentin, IEN cité dans ce dossier
    « Bonjour ! Vraiment excellent, et audacieux de traiter cette question ! Je suis très satisfait des extraits et liens qui concernent ma pratique (…) Concernant les chocs pédagogiques, juste une position concernant les chocs 1 et 3 :
    1. Les deux, bien sûr ! L'inspection traditionnelle, l'essence et l'histoire des corps d'inspection (et merci d'avoir cité Gillig Amoros, dont j'avais dû vous dire que c'était le seul livre que j'ai lu pour me préparer au concours d'IEN !) rendent de facto l'inspection/le rapport professionnel inspecteur/inspecté infantilisant... et comme cela est intégré par l'enseignant (ex-élève, de plus, qui a vu ses propres enseignants infantilisés, à son grand étonnement je suppose), il est facile et parfois commode pour les deux parties de surfer sur ce rapport inégalitaire. C'est pourquoi, face à cela, une approche volontariste d'au moins l'une des deux parties est nécessaire pour dépasser cet état de fait un peu paresseux. Ce que fait l'IEN de Versailles, l'enseignant explicite, ou moi-même, en imposant en fait dans ce jeu des facteurs d'équilibre, de rencontre professionnelle, entre IEN et enseignant.
    3.Et donc, oui, l'inspection est une occasion idéale pour oser, oser afficher ce en quoi on croit, oser valoriser sa pratique et s'en expliquer, oser avancer dans sa recherche pédagogique appliquée, jamais aboutie, consubstantielle à mon avis du métier complexe d'enseignant...comme d'ailleurs d'IEN (on en déduit que l'IEN aussi doit en profiter pour oser, de la même façon, et avec les mêmes effets professionnels et personnels recherchés...)

    Bon dimanche, et encore bravo pour tout cela ! Bien sûr, si ce retour vous intéresse, vous pouvez en faire état. » Philippe Quentin IEN

    --------------------------------------------------------------------------------------

     


    • Pour un règlement Positif. La plupart des règlements mettent en avant les interdictions et les sanctions… Pour nous, à la Rucklin, un règlement positif, c’est un règlement qui met en avant les comportements attendus, … Approche explicite de la question qui pose les jalons éducatifs d’un apprentissage des relations sociales: grâce à ce règlement, nous espérons que nos élèves mettront des images claires sur les attendus, que les enseignants baliseront mieux les enseignements à conduire et les conduites à tenir sur cette question. https://directeur90.wordpress.com/2015/06/02/reglement-positif/

    • Placée sous le Haut-patronage du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieure et de la recherche, la Journée Ribot-Dugas vous propose des conférences consacrées à la recherche sur le Trouble Déficit de l’Attention/Hyperactivité qui aborderont ...  http://www.tdah-france.fr/2eme-Journee-Ribot-Dugas-2015.html





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires