• Pédagogues

    Enseigner est un métier qui s’apprend, il faut le répéter continuellement, en particulier face aux personnes qui soutiennent qu’il suffit d’avoir la vocation, du bon sens et ensuite beaucoup de pratique pour être un-e bon-ne enseignant-e. Apprendre à enseigner c’est en particulier apprendre des gestes professionnels. C’est dire si je me sens en phase avec ce blog, dès son titre.

    Isabelle Collet

    Maître d'enseignement et de recherche en sciences de l'éducation Université de Genève isabelle-collet.net

    Présidente de l’Association de recherche pour le genre en éducation formation argef.org

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le site élaboré par Jacques Fraschini est un bon outil de travail pour les enseignants du primaire. Il permet de balayer beaucoup de notions et de questions et donne les moyens d’approfondir celles que l’on veut travailler. Loin de l’idéologie des recettes, il invite à la « recherche professionnelle » authentique. Je ne peux que le recommander. 

    Philippe Meirieu

    Professeur des universités émérite en sciences de l'éducation. meirieu.com

     --------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Des gestes ne font pas une pratique, mais ils peuvent y contribuer certainement. Comme s’y efforce ce blog, l’important est de ne jamais oublier que le métier d’instruire implique une alliance avec l’élève à former. Cet élève n’est pas à manipuler comme on manipule le bois lorsqu’on est menuisier, ou les lignes de code quand on est programmeur. L’enseignement n’aboutit vraiment que lorsque l’apprentissage réussit, donc si l’élève est activement impliqué dans une rencontre humaine dont tout dépend bon gré mal gré. Pour le maître, il y faut des gestes professionnels, mais aussi de la retenue. Des techniques pédagogiques, mais aussi une éthique. Une rationalité didactique, mais aussi de l’écoute. Bref, de l’action, oui, mais une action cherchant moins à produire une fois pour toutes une « bonne pratique » que sans cesse de meilleures interactions. Autrement dit, des compétences à la fois déterminées et ouvertes sur l’indétermination. L’incertitude sera le lot des métiers de l’humain tant que leurs donneurs d’ordre croiront en la démocratisation. Et cette croyance durera d’autant mieux qu’elle jugera fiables les savoirs et l’engagement de la profession. Ce blog est une pierre à l’édifice, une incitation à penser ensemble ce qui devrait rassembler durablement les enseignants. 

    Olivier Maulini

    Professeur associé à la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'Université de Genève

    ch/maulini